top of page

L'OBS : George Soros veut « réparer le climat » avec la géo-ingénierie : en quoi consiste ce projet

Dans un discours à la Conférence sur la Sécurité de Munich, le financier américain George Soros a ouvert le dossier de la géo-ingénierie. Une prise de position qui fait suite à l’accélération des actualités autour de ce projet.


By Rémi Noyon, Feb 16th 2023

C’est peut-être le terme qu’il faudra apprendre en 2023 : géo-ingénierie. Alors qu’il y a quelques semaines, une start-up américaine s’est vantée d’avoir envoyé dans la stratosphère des particules de soufre destinées à réfléchir le rayonnement solaire (et ainsi refroidir la Terre) et que les regards sont tournés vers la Climate Overshoot Commission, dirigée par le Français Pascal Lamy (ex-patron de l’OMC) et rebaptisée par ses critiques la « commission géo-ingénierie », c’est au tour de George Soros d’alimenter l’inquiétude de tous ceux qui craignent le recours à ces technologies incertaines, qui visent à « réparer » le climat.


Dans un discours préparé pour être lu ce jeudi 16 février à la Conférence sur la Sécurité de Munich, le financier américain d’origine hongroise a regretté que « tous les efforts déployés pour lutter contre le changement climatique portent sur l’atténuation de ses effets ou l’adaptation à ceux-ci ». Pour lui, il est temps d’envisager d’autres horizons : « Le système climatique est cassé, il faut le réparer. » Il a ainsi relayé le projet du Britannique David King, qui est à la tête du Climate Crisis Advisory Group lié à l’université de Cambridge.


La technique mise en avant par David King vise à agir au niveau de l’Arctique pour favoriser la formation de nuages qui réfléchiraient l’énergie solaire (on appelle cela l’effet albédo). Baptisée en anglais « marine cloud brightening », elle a déjà été employée au-dessus de la Grande Barrière de corail et consiste




コメント


bottom of page